Actions

En matière d'universitarisation, deux actions bénéficient d'un accompagnement financier spécifique du CPOM 2022-2024 signé avec l'ARS Grand Est. La première porte sur la formation initiale, pour laquelle l'URPS l'ambition de promouvoir  les stages “en ville”  tutorés en partenariat avec les IFSI de la région. La seconde action concerne la pratique avancée. Les premières IPAL du Grand Est sont sorties diplômées en 2020. Il s'agit maintenant de les aider à trouver leur place dans l'écosystème de santé en partenariat avec les médecins !

  • Vous avez dit IPA ?

    Formation reconnue au grade de master (BAC+5), le Diplôme d'État d'Infirmier en Pratique Avancée (IPA) s'ouvre aux infirmiers pouvant justifier de trois années d'expérience, avec à la clé, la promesse d'une spécialisation dans un métier d'avenir.

    MC-BAUCHOT

    Trésorière-adjointe de l'URPS Infirmier Grand Est, Marie-Christine Bauchot s'est particulièrement impliquée dans la commission « Universitarisation », où elle pilote le dossier « Infirmière de pratique avancée libérale » en connaissance de cause puisqu'elle est elle-même diplômée : «  L'université de Lorraine, aujourd'hui rejointe par les universités de Strasbourg et de Reims, a été la première du Grand Est à proposer cette formation dès la rentrée 2018, avec l'appui de l'URPS infirmier et le soutien de l'ARS. Notre région compte aujourd'hui une trentaine d'infirmiers libéraux diplômés en pratique avancée. Il s'agit de les aider à trouver leur place dans l'écosystème de santé en partenariat avec les médecins ! C'est tout le sens des actions que nous allons mettre en œuvre dans les années à venir. »

    Les missions de l'IPAL

    Forte de 3 ans d'expérience en tant qu'IDE et de 2 ans de Spécialisation au grade Master (bac+5), l'IPAL dispose d'expertises et compétences élargies et participe à la prise en charge de patients dont le suivi est confié par le médecin traitant. Si l'IPAL collabore avec un ou plusieurs médecins selon un protocole d'organisation qui définit l'articulation de leurs missions respectives, elle est de fait en relation avec tous les acteurs de santé : soins de premier recours, infirmiers, médecins, spécialistes, établissements de santé, services sociaux et médico-sociaux pour améliorer le parcours des patients. Sa prise en charge des patients couvre l'évaluation et les conclusions cliniques, le repérage des fragilités, le renouvellement et l'adaptation des traitements, la prescription d'examens de dispositifs médicaux, les activités d'éducation à la santé d'orientation, de prévention et de dépistage.

    RENSEIGNEMENTS
    Marie-Christine Bauchot
    secretariat@urpsinfirmiergrandest.com



Retour vers haut de page