Vos témoignages – COVID 19

COVID-19 « Des masques très recherchés ! »

COVID-19 « Des masques très recherchés ! »

« Ce matin-là, j’ai trouvé la porte du cabinet ouverte, se souvient Claude Schilli, infirmier libéral à Sérémange (Moselle). Dans un premier temps, j’ai pensé à un oubli… C’est plus tard dans la matinée, que mes voisins m’ont prévenu. Ils habitent au-dessus du cabinet...

lire plus

La dernière Actu

2500 infirmiers porteurs du message « Entr’Actes » – Est Républicain du 17 février

2500 infirmiers porteurs du message « Entr’Actes » – Est Républicain du 17 février

2500 infirmiers porteurs du message « Entr’Actes »

Le dispositif vise à organiser des visites au domicile de patients Covid + afin de leur rappeler la nécessité de ne pas sous-estimer les gestes barrières, malgré l’absence de symptômes. Près de la moitié des infirmiers vosgiens y adhèrent, 29 % en Meurthe-et-Moselle, 20 % en Moselle.

Par Antoine PETRY 17 févr. 2021 à 05:00
 
​Nadine Delaplace : « Près de 50 % d’infirmiers inscrits »  Photo ER
 
 

« Le message qui se dégage de toute cette période, c’est que les infirmiers sont les seuls à aller au domicile des patients. Cela souligne leur rôle essentiel dans le dispositif de santé ». À la tête du mouvement d’infirmiers libéraux de l’URPS (union régionale des professionnels de santé) dans le Grand Est, Nadine Delaplace mesure l’impact de l’application numérique Entr’Actes, qui établit le lien entre les patients et les infirmiers. Concrètement, les patients Covid + peuvent, s’ils le désirent, bénéficier de la visite à domicile d’un professionnel dans les jours qui suivent leur décision d’isolement, et l’appel des enquêteurs sanitaires de l’assurance maladie. Ce dispositif, établi sur la base du volontariat, recense à ce jour 2.500 des 8.000 infirmiers du Grand Est, avec des degrés d’« enrôlement » qui varient dans des proportions importantes : de 20 à 25 % en Moselle, pour près de 50 % dans les Vosges. En Meurthe-et-Moselle, les infirmiers engagés dans ce dispositif – plutôt bien rémunéré par la CNAM – frisent la barre des 30 %.

 

« On continue les accolades »

 

Leur rôle ? « Sensibiliser les personnes malades à la nécessité de bien maintenir les gestes barrières » poursuit Nadine Delaplace. « On s’aperçoit, par exemple dans certains quartiers, qu’on continue à se faire des accolades, des embrassades. On voit aussi des retraités continuer de faire leurs courses tout à fait normalement sans tenir compte du degré de gravité de la situation. Quand on est couché avec 40 de fièvre, on se sait malade. Mais quand on a aucun symptôme, on peut avoir tendance à sous-estimer la contagion ». L’ensemble de ces mesures s’assimile ainsi à une forme de sensibilisation du public, qui sous-estime la maladie au fil des jours.

Sécurisée, l’application permet de recevoir les demandes de prise en charge dans un rayon de 10 km. L’infirmier est ensuite libre d’accepter ou de décliner les visites. Elle a également pour objectif d’« identifier les situations de vulnérabilité et les besoins d’accompagnement social ».

 

 


Prenez soin  de vous

Bien Cordialement

L’équipe URPS Infirmmier Grand Est